L'âne et le hérisson

Par un temps extrême de froidure
Jonglant avec des degrés négatifs
Maître l’âne, content de sa personne
S’en vint dans sa demeure
Déposa ses effets
Et s’entretint avec Morphée.

Ses ronflements tel un passage Mach un
De mirage assermenté
Attirèrent Maître Hérisson
Grelottant, frigorifié
À la porte de ce logis.

La chaleur de l’âtre
Pourtant bénéfique
Ne procurèrent pas assez
De manne chaleureuse
Et Maître Hérisson restait gelé…

Visant à quelques mètres
Un futal jeté à terre
Il eut l’idée de se nicher
Au cœur d’une de ses poches
Pour rallumer toute sa vitalité.

Maître l’âne, ragaillardi par son roupillon
Enfila son pantalon
Et se frotta sans autre forme de procès
Aux piquants de son hôte bienheureux.

Ôtant l’invité de sa fouille
Sa carte bleue en chut
sans que Maître l’âne
Ne s’en rende compte
Et il partit sans pognon
À la ville
Faire ses courses.

Moralité :
Si tu ne veux pas manquer de liquidités
Vaut mieux éviter les hérissons dans les poches.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://ecritreve.fr/anosplumes/index.php?trackback/49

Fil des commentaires de ce billet